90 familles accueillies à l’épicerie solidaire.

Article du journal Sud-Ouest paru le jeudi 4 février 2010.

L’inauguration de l’épicerie solidaire La Bous-Sol’ a fait penser à l’avant-première d’une pièce de théâtre. Non sans quelque malice, Jean-Pierre Dumora, le président de l’association des Familles du Bouscat qui a reçu mission de gérer La Bous-Sol’ l’a d’ailleurs souligné dans son mot d’accueil.

Installation rapide.

En bon metteur en scène, il a demandé à chaque «acteur» de s’exprimer, d’indiquer son «rôle». Ainsi toutes les parties prenantes sont intervenues. Mais, au-delà de cette présentation amicale et chaleureuse, ce qu’il faut retenir, c’est surtout la participation importante de tous ceux qui, fort nombreux, ont aidé à cette aventure. De ce fait, au parti pris de générosité, le pari de créer l’épicerie n’a mis qu’une année pour passer de la décision, prise en Conseil municipal le 23 septembre 2008, à son ouverture effective le 6 octobre dernier et la mise en place des ateliers, le 6 novembre.

Sans compter la rénovation des locaux par la municipalité, de nombreux dons privés ont permis cette rapide installation : vitrines réfrigérées, comptoir, étagères, congélateur, frigo, mobilier, tables, chaises, ordinateurs, imprimantes, armoires, classeurs, etc. À côté des généreux mécènes, l’aide des associations bouscataises est aussi à souligner pour fédérer et mutualiser les compétences existantes sur la commune.

C’est qu’au-delà d’une simple épicerie, La Bous-Sol est un lieu d’échange, d’écoute et de rencontre pour les usagers. Trois objectifs : lutter contre la précarité et l’isolement en respectant la dignité des personnes, accompagner à la gestion de leur budget, éduquer à la nutrition et la santé.

Deux salariés, 60 bénévoles

Les commissions ont élaboré la charte de l’usager, celle du bénévole ainsi que le règlement intérieur. La Bous-Sol accueille 90 familles soit 164 personnes. Deux salariés et soixante bénévoles travaillent à l’épicerie solidaire. Pour quatre personnes, un achat de 39 euros correspond à un panier de 253 euros en supermarché. Mieux vivre ensemble et créer du lien social, le pari est réussi. Tout cela a fait dire à Patrick Bobet – le maire du Bouscat – en présence de la députée, Chantal Bourragué, des conseillers généraux, Martine Jardiné et Dominique Vincent, d’un parterre d’élus municipaux, de tous les intervenants et donateurs, qu’« aider à choisir, c’est permettre d’être ».

Auteur : Pierre Pech

famille et enfant